De nombreux labels fleurissent sur les brochures des écoles de commerce et de management. Que garantissent-ils? Existe-t-il une hiérarchie ou une complémentarité entre ces labels ? Grâce à ce lexique, Headways vous aide à y voir plus clair dans les 6 principaux labels affichés par les écoles.

  • le visa du Ministère: 

c’est le premier niveau à atteindre par une école de commerce car il permet à l’ école de délivrer un diplôme reconnu par l’Etat et non un simple certificat. Pour obtenir ce visa qui s’applique à un diplôme, l’école doit être au préalable reconnue par l’Etat depuis au moins 5 ans, proposer des formations de Niveau minimum Bac+3 et satisfaire à des critères de qualité de la formation concernant le contenu, le projet pédagogique, les enseignants et leur recrutement. Le visa est délivré pour une période de 1 à 6 ans par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche après avis de la CEFDG (Commission  d’Evaluation des Formations et Diplômes de Gestion). Un avantage non négligeable : un diplôme visé ouvre l’accès aux bourses du CROUS pour les étudiants dont le niveau de ressources correspond aux critères d’éligibilité. Par ailleurs, les diplômes visés Bac +3 ou Bac +4 permettent de poursuivre des études universitaires afin d’obtenir un Grade Master. En revanche un diplôme visé Bac+5 n’est pas forcément synonyme de Grade Master. Au total, plus d’une centaine de formations ont reçu ce visa (liste disponible sur le site de la CEFDG).

  • le grade Master:

    c’est un label encore plus exigeant, accordé par le Ministère de l’Enseignement et de la Recherche à une formation (et non à une école) qui délivre un diplôme visé de niveau BAC+5. Le label est accordé pour une durée de 1 à 6 ans. Les critères d’évaluation sont nombreux : qualité du contenu, qualité du corps professoral, etc…En particulier l’obtention du Grade Master impose des exigences plus strictes que celles du visa en matière d’échanges internationaux. Le grade Master est reconnu au niveau mondial et ouvre la porte à la poursuite d’études à l’étranger grâce aux systèmes d’équivalences. En FRANCE, une quarantaine d’écoles de commerce délivrent actuellement des diplômes de niveau Grade Master. La liste des écoles et des diplômes concernés est disponible sur le site de la CEFDG. Par ailleurs un diplôme de niveau Grade Master permet à l’école de participer à la Conférence des Grandes Écoles, institution regroupant les écoles de commerce les plus cotées.

  • le label EPAS:

    c’est un label européen qui constitue une première étape vers la reconnaissance d’un diplôme au niveau international.Il est attribué par l’EFMD (European  Foundation for Management Development), une fondation internationale basée à BRUXELLES qui compte plus de 900 membres dans plus de 80 pays. Le label EPAS est attribué aux programmes de niveau international en fonction d’audits réalisés au sein des écoles qui prennent en compte de multiples paramètres (qualité des programmes, des enseignants, des étudiants, procédures d’évaluation, etc…).En France, le label EPAS est peu répandu : une quinzaine de programmes seulement ont reçu ce label

  • le label AMBA:

    ce label a été créé par l’Association of MBAs, un organisme britannique qui a décerné ce label à plus de 200 écoles dans le monde pour leur programme MBA (Master of Business Administration) ou leur MBM (Master in Business and Management) ou leur DBA (Doctorate of Business Administration); En France une vingtaine d’établissements ont décroché ce label pour un au moins de leurs programmes. Ce label est une garantie d’adéquation et d’intégration du programme avec le monde de l’entreprise.

  • l’accréditation AACSB:

    Cette accréditation est délivrée par l’Association to Advance Collegiate Schools of Business. Une vingtaine d’écoles françaises bénéficient de ce label américain prestigieux créé en 1916 et ouvert récemment aux écoles internationales de management. L’accréditation est octroyée pour une période de 5 ans à l’issue d’un audit qui mesure en particulier le niveau académique des professeurs et la qualité des programmes avec des indicateurs objectifs. Attention certaines écoles se disent adhérentes à l’AACSB ce qui ne veut pas dire qu’elles sont accréditées par l’AACSB. Ce label est très recherché par les écoles car il s’applique à l’ensemble des programmes de l’école et est en quelque sorte complémentaire du label EQUIS.

  • le label EQUIS

    C’est le label le plus difficile à obtenir. Comme le label EPAS, il est attribué par l’EFMD (European  Foundation for Management Development) basée à BRUXELLES. A la différence du label EPAS qui accrédite un programme, le label EQUIS labellisés une institution (école ou groupe d’écoles). Le processus d’accréditation EQUIS est long et complexe et s’appuie sur des séries d’audits réalisés au sein de chaque école. Seules les écoles qui ont une véritable dimension internationale et qui peuvent justifier d’un haut niveau académique, de solides partenariats avec le monde de l’entreprise et des structures de recherche dédiées, peuvent prétendre décrocher ce label pour une durée de 3 à 5 ans. Actuellement, seulement 20 écoles françaises possèdent ce label. La liste est publiée sur le site de l’EFMD.

L’importance des labels et des accréditations :

On comprend aisément que ces différents labels sont un gage de qualité, de pérennité et de reconnaissance pour les écoles de commerce et les diplômes qu’elles délivrent. Peu d’écoles françaises ont actuellement la triple accréditation : AACSB, EQUIS et EPAS. Par conséquent l’obtention d’un nouveau label pour une école se reflète généralement rapidement dans son classement dans les palmarès nationaux et internationaux publiés régulièrement dans les médias. Avant de choisir son école de commerce et de se lancer dans la préparation d’un concours post-bac ou d’un concours en admission parallèle, vérifiez quels labels et accréditations ont été obtenus par les différentes écoles du concours : c’est un critère objectif et fondamental pour évaluer la qualité d’une école.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4 votes)

Loading...

 

 

Share This